FLASH INFO
Accueil > La Une > La pêche et l’aquaculture, Objectif stratégique 12 du PSGE : promouvoir une exploitation et une valorisation durable des ressources halieutiques

La pêche et l’aquaculture, Objectif stratégique 12 du PSGE : promouvoir une exploitation et une valorisation durable des ressources halieutiques

Le Gabon dispose d’un potentiel halieutique très important. Fort de ses 850 km de littoral maritime, de ses 20 000 km2 de bassins naturels propices au développement de l’aquaculture et d’une biomasse très diversifiée, le pays a tous les atouts pour être autosuffisant dans sa consommation alimentaire et exporter ses produits. Historiquement, le secteur s’est toutefois caractérisé par la prédominance de la pêche artisanale (maritime et continentale) et la très faible capacité de l’Etat à contrôler les captures et réguler l’activité des pêcheurs industriels présents dans ses eaux territoriales. De ce fait, la contribution de la pêche à l’économie est restée anecdotique, de l’ordre de 1,2% du PIB en 2009. La production halieutique nationale ne couvre pas les besoins alimentaire du pays, qui importe des produits de la mer pour une valeur annuelle moyenne de 15,5 milliards de FCFA, supérieure à ses exportations (environ 10 milliards de FCFA par an). Les Gabonais sont les premiers consommateurs de poisson en Afrique centrale, avec une consommation moyenne annuelle de 40 kg / habitant.

Pour concrétiser l’ambition de la souveraineté alimentaire du Gabon, le Plan Stratégique Gabon Emergent a fait de la restructuration de la filière pêche et du développement de l’aquaculture une priorité. L’objectif, d’ici à 2025, est de doubler le niveau de production de la filière par rapport à 2009, et de tripler les revenus générés. Cette augmentation des revenus passe par le débarquement sur le sol national de 100% des captures de pêche réalisées dans les eaux territoriales gabonaises, et par la transformation locale d’une proportion significative des captures en produits de grande consommation, pour le marché national et international. Une meilleure régulation du secteur et de ses
pratiques de pêche doit permettre d’atteindre ces résultats en limitant la pression sur les ressources halieutiques.

Source : PSGE 2009 – 2016

A propos de admin241

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*