FLASH INFO
Accueil > La Une > La FAO et le ministère gabonais de la Pêche et de la Mer dynamisent leur partenariat
La FAO et le ministère gabonais de la Pêche et de la Mer dynamisent leur partenariat

La FAO et le ministère gabonais de la Pêche et de la Mer dynamisent leur partenariat

 Le gouvernement gabonais et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) veulent dynamiser et accroître leur partenariat dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture.

Dans ce cadre, le coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale et représentant de la FAO au Gabon, Hélder Muteia (photo, gauche), a échangé le 30 janvier dernier, avec la nouvelle ministre de la Mer et de la Pêche, Prisca R. Nlend Koho (photo, droite).

Si cette rencontre s’inscrivait, en premier lieu, dans le cadre d’une première prise de contact pour la nouvelle ministre, les échanges entre les deux parties ont essentiellement été axés sur l’appui de la FAO au Gabon, en matière de développement durable du secteur de la pêche et de l’aquaculture.

Cet appui s’inscrit dans la vision économique de développement durable du secteur, prônée par les autorités gabonaises, et est aligné sur les trois domaines prioritaires de concentration de l’intervention de la FAO au Gabon, identifiés dans le Cadre de programmation Pays (CPP 2017-2022).

Il concerne : le renforcement de la gouvernance institutionnelle et des capacités nationales ; la gestion durable des ressources naturelles et le développement des chaînes de valeur durables dans l’agriculture, l’élevage, la forêt, la pêche et l’aquaculture.

S’agissant particulièrement du secteur de la pêche, les priorités du pays se déclinent actuellement autour de quatre axes thématiques d’intervention. A savoir : l’amélioration de la connaissance sur les ressources halieutiques et leurs potentiels d’exploitation durable ainsi que sur le suivi des performances économiques du secteur ; le développement de plan d’aménagement des pêcheries, en particulier sur les ressources maritimes démersales profondes et sur les ressources halieutiques continentales ; la lutte contre la pêche Illégale Non Déclarée Non Règlementée (INDNR) et enfin le développement d’une aquaculture commerciale.

Au terme de ces échanges, Hélder Muteia a réitéré l’engagement et la volonté de la FAO d’accompagner le gouvernement gabonais dans la mise en œuvre de sa politique de développement du secteur de la mer et de la pêche, telle que définie dans le Plan Stratégique Gabon émergeant (PSGE) et dans le Plan national de relance de l’économie (PRE).

Source : FAO

A propos de Austen MOUITY

Austen MOUITY

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*